Parc Calton...

Facebook


Home Brésil Epilogue

Epilogue
Écrit par Justajoke   
Vendredi, 20 Avril 2012 11:50


Si on devait conclure...

Voilà plusieurs jours que je me demande comment je vais conclure cette année de voyage.
Que dire, qui n 'ai déjà été dit, quelle photo montrer, qui n'ai déjà été montrée.
Tenter de traduire et de résumer avec des mots, les émotions qui nous ont submergées durant un an, ça me parait impossible.
Sommes nous toujours les mêmes ?
Nous avons fait tellement de découvertes, que je ne suis pas sûre d'avoir tout intégré. Il faudra du temps pour permettre aux milliards d'infos reçues de décanter.
Malgré la confusion qui règne dans mon esprit, parasité par les contingences du retour à la vie "normale", il y a en ce qui me concerne, trois choses qui sont très claires.

Cette expérience de vie où l'on perd ses repères au quotidien, nous a mis dans une dynamique d'ouverture vers les autres. Cet "autre" dont on se méfie et qui peut faire si peur, car tellement différent de nous, cet "autre" nous l'avons rencontré tous les jours et nous nous sommes enrichis à son contact. A une exception près, nous ne nous sommes jamais sentis en danger nulle part, et nous n'avons jamais suscité ni la méfiance, ni la peur (malgré les têtes de mort de Laurent !) et pourtant, nous étions les "différents", surtout en Amérique du Sud. Au contraire, les gens étaient curieux et n'hésitaient pas à nous poser des tonnes de questions sur nous, le voyage et ses motivations. Et combien ça coûte, aussi ! A nous envier et à nous souhaiter bonne chance. Beaucoup nous ont ouvert leur maison et donné leur amitié sans contrepartie, pour le plaisir de la rencontre et de l'échange. Ce que nous avons reçu, on a envie de le transmettre, à d'autres voyageurs...alors si vous passez par Tours, "se você passar por Tours", "si se viaja en Tours" if you travel by Tours" , vous êtes les bienvenus. Comme Francisco de Zacatecas, au Mexique nous avons envie de dire "mi casa es tu casa".
Nous avons pris une sacrée leçon d'hospitalité et de solidarité.

La moto, même si elle n'était pas mon amie tous les jours, je dois reconnaitre que sans elle, le voyage n'aurait pas eu le même parfum.
C'est un vecteur de rencontre hallucinant, elle attire comme un aimant les motards, les regards, et des gens époustoufflés qu'on puisse passer autant de temps, par tous les temps...dessus.
Mon expérience de passagère était proche de zéro au départ de Montréal. Un an plus tard, même si je sais que je vais en chagriner quelques uns, je le dis, je ne recommencerais pas, et mon pilote n'a pas du tout l'intention de me faire changer d'avis.
La moto, c'est vraiment un truc perso.
Le couple exclusif que forme la machine et celui (ou celle, d'ailleurs) qui la conduit, ne tolère aucune intrusion dans leur intimité. Mon statut de passagère ne m'a conféré aucun privilège. Et face, ou plutôt derrière, ce monolithe machine/pilote, je me suis souvent sentie comme un paquet, balottée, comme un bouchon d'avant en arrière, de haut en bas, ou de droite à gauche, c'était selon...l'état de la route, les coups du ressort, ou des effets conjugués du frein, de l'embrayage et du sélecteur. Ajouté à celà une vison centrale complètement obstruée par une boule noire...de taille 58/59, qui m'a provoqué des torticolis gauche/droite, c'était selon....l'intérêt de la route.
Et pourtant, il y a eu des jours au Canada et en Amérique du Sud où j'étais bien contente de faire le pot de fleur, car je me demande bien comment je m'en serai sortie toute seule...
Mais si d'aventure, un autre voyage se profilait à l'horizon, je ferais coûte que coûte corps avec MA machine.
La dernière chose... c'est que j'aurais du commencer beaucoup plus tôt !
Laurent, lui était à fond durant les 345 jours de voyage. Insatiable, curieux et ses cinq sens "aware" .
La dernière surprise, et pas des mondre, ce sont, le site, les articles, qui au début n'étaient destinés qu'à notre famille et nos amis, afin qu'ils puissent nous suivre à distance et partager nos aventures.
Mais très vite, vous avez été nombreux à vous intéresser à notre périple, et à nous laisser des commentaires au fil des kilomètres. Nous avons reçu de nombreux mails et j'avoue que beaucoup nous ont émus. Nous vous remercions toutes et tous pour cette année de partage.
La ligne reste ouverte, et si certains d'entre vous ont besoin d'infos...

Les résultats du sondage "POUR FAIRE CE VOYAGE,IL FAUT ":
Donne gagnant, l'item : "Il faut être riche"... Riche... non ! économe et prévoyant c'est sur !
Le "en bonne santé" me parait indispensable , et je rajouterai " curieux" qui nous parait plus que nécessaire...
Notre kilométrage est là pour en témoigner...et non on ne s'est JAMAIS perdu, même en ville, même sans GPS, preuve que ce petit outil est totalement inutile, mais vous pouvez toujours adopter Laurent !


Et le Grand Quizz alors !
Vous avez été nombreux à vous creuser les méninges sur le Grand Quizz. Alors c'est koidonc ce truc ? 3 personnes ont trouvé , une seule s'est approchée au plus près du kilométrage total du voyage.

Voici les réponses des 9 énigmes, élaborées à l'aide de Wikipédia sur le CHAPEAU PANAMA...
Qu'il est beau le chapeau !

rio3019

1) Il existe 2 manières de le monter, (tisser): Assis à Cuenca, ou debout à Monte Christi...

2) La paille qui sert à sa confection, peut être cuite, à Cuenca ou séchée à Monte Christi.

3) Code couleur, Blanc... barre noire. Le code correspondait aux codes couleurs utilisés en informatique

4) Tissé à la main (10 doigts) sur une période de 1 à 300 jours, selon sa qualité.

5) 400 lieues = unité de mesure utilisée en Europe et en Amérique Latine, qui vaut 4 kilomètres. 1600 kilomètres séparent Cuenca, ville d'Equateur ou est né ce chapeau et Panama qui lui a donné son nom !

6) Certains exemplaires très hauts de gamme peuvent être pliés ou roulés.

7) Le Comte de MONTE CHRISTO, au pluriel = MONTE CHRISTI (nom de l'un de ses berceaux, l'autre étant Cuenca, Equateur)

8) Théodore Roosevelt, (source Wikipédia) Pendant la construction du Canal de Panama, des ouvriers du monde entier acquièrent les chapeaux de paille équatoriens pour se protéger du soleil. Panama sert de vitrine commerciale à l’Amérique du Sud. Le chapeau de paille est baptisé panama malgré son origine équatorienne. En 1906, Théodore Roosevelt porte ce chapeau lors de sa visite aux chantiers du Canal et contribue à populariser le « Panama Hat » (chapeau Panama), auparavant traditionnellement appelé « Sombrero de Paja Toquilla » (chapeau de paille)

9) Pour ne pas se retrouver assis sur la paille (se ruiner) mieux vaut prendre le modèle en dessous donc moins cher ! car un panama peut coûter jusqu' à 1000 €

Une adorable famille parisienne qui a suivi notre voyage a trouvé le nom de l'objet après un "brainstorming" familial animé, pas motard pour un sou, le papa a décidé de passer son permis A... gage d'évasion... Bonne chance. Trouver le panama, n'était suffisant, encore fallait il estimer au plus près le kilométrage total du voyage. Nous avions donné plusieurs indices, arrivés en Terre de Feu, dans l'article sur Ushuaia et sur Facebook et leur assiduité leur a permis d'évaluer aproximativement à 65655km, les deux autres estimations étaient : 47 172,8 kms et 65 000 kms

Photo à l'appui : Montréal et Rio.

033-montreal 765-rio

 

soit 66 629 kms.

Bon ben là... C'est vraiment la fin de la Transam2011, d'autres rêves sont déjà en train de germer.

Mise à jour le Mercredi, 11 Juillet 2012 14:19
 

Commentaires  

 
#17 Isa et Charles 09-12-2014 14:51
Nous avons découvert votre site sur GS FORUM, "dévoré" vos pages , photos et commentaires.
Bravo à vous : à Laurent pour avoir maintenu le cap durant 66000 (et des poussières) : Chapeau bas au Cornac ! et à toi Carole pour avoir été "SDS" avec le sourire. Prenez soin de vous. Appels de phare béhèmiste
Citer
 
 
#16 bouuuxiouuu 28-04-2012 18:43
Whouha !
A la fois content d'esperer vous revoir bientot, et un poil triste de voir le voyage se terminer. "le voyage, c'est d'y aller. Une fois arrivé le voyage est fini. Aujourd'hui les gens commencent par la fin."
Certain qu'un tel periple change un Homme (non je ne t'oublie pas Carole !). Bref .... J'ai une furieuse envie d'en discuter accompagné d'un bon jus de raisin ... Parce que ça me pend au nez tout ça !! Des bises a vous...A tres bientot
Citer
 
 
#15 Carole et Laurent 28-04-2012 06:46
Merci pour tous ces messages d'amitié. Et à nous aussi, ces rendez-vous hebdomadaires manqueront beaucoup.
Cette parenthèse dans notre vie est refermée depuis deux semaines et ce n'est déjà plus qu'un point dans le rétroviseur. Donc maintenant, cap sur l'horizon.
Citer
 
 
#14 Greg Simmons 25-04-2012 02:11
Félicitations et merci pour m'avoir permis de faire une petite partie de votre aventure. Je suis impatient de vous revoir sur la route entre ici et là.
Citer
 
 
#13 Antoine & Geneviève 23-04-2012 21:02
Nous avons suivi votre parcours comme on suit un feuilleton TV.
On a adoré la saison 1. Nous sommes prêts à vous suivre pour une autre saison.
Nous voulons vous remercier pour tous les bons moments que vous avez partagés avec nous.
Vos rendez-vous internet ont été comme des rayons de soleil dans notre quotidien.
Citer
 
 
#12 RossiFumi_46 22-04-2012 18:56
Déja 1an que ca passe vite.

Merci à vous deux pour toutes ces belles photos et découvertes !

Bon Eric, on part quand ?!
Citer
 
 
#11 Moriceau Eric 22-04-2012 17:30
Content que vous soyez bien rentrer a la Maison :) , Encore merci pour tout ce que vous nous avez fait partager, mais maintenant que vais je faire le Soir alors que passez un temps fou a Lire et regarder tout ces merveilleux résumés, Allez Hop il faut repartir de suite tant que c'est chaud ;) et ne pas oublier la fameuse clé de 22 , Lol
En espérant vous voir bientôt autour d'une bonne Bière.
PS: la soirée risque d’être très très Longue :)
MERCI MERCI MERCI pour tout ce que vous nous avez fait partager et un Immense Bravo pour ce Merveilleux Périple hors du Commun :)
Citer
 
 
#10 Yannick 22-04-2012 14:21
houhouuuh, ça fait tout drôle de vous savoir rentrés, pour moi qui ne vous ai connu qu'ailleurs ! Cela me donne encore pus l'envie de profiter et de savourer les quelques semaines qu'il me reste à voyager sur mon cheval :-) .
Carole , l'épilogue m'a ému,beaucoup... mais j'aurais aussi aimé lire les émotions du pilote... hasta luego. Yannick
Citer
 
 
#9 Sophie MARQUET 22-04-2012 13:26
Hommage à cette puissante machine robuste et fiable, qui a connu tous les temps, sillonné toutes les routes même les plus improbables, subi des expériences inédites (lac de sel) et résisté mécaniquement presque sans faille.
Hommage à Carole, qui malgré une position pas toujours confortable, un champ visuel restreint et la frustration de ne pas pouvoir être « actrice » de la situation, a toujours su nous passionner, nous captiver, nous régaler de ses images, de ses commentaires avec humour, réalisme et émotion. Tu nous as fait redécouvrir l’histoire et la géographie sous un angle passionnant.
Et enfin, Hommage à Laurent, "superhéros" insatiable, infatigable, jamais malade, Mc Gyver polyglotte, qui a su manier et dompter de main de maître cette imposante machine avec femme et bagages, qui a su trouver des solutions à tous les problèmes rencontrés, se sortir de toutes les situations, sans jamais faillir. Bravo, mais surtout Merci d’avoir ramené tout le monde à bon port.
Citer
 
 
#8 Philippe-d-Annecy 22-04-2012 12:40
Merci pour ces instants ainsi partagés où la passion est à l'image de ce récit
Citer