Home Grand Prix de Catalunya

GP de Catalunya
Écrit par Backyard Babies   

Dans le monde de la moto, on le sait, tous les prétextes sont bons pour rouler, de la balade dominicale, aux vacances, en passant par les rallyes et les concentres, ce ne sont pas les opportunités qui manquent. Mais depuis des lustres il est une catégorie qui attire les motards de tous poils et génère des voyages au long court : les Grand Prix.
Ceux-ci attirent, par la magie des courses qu'ils offrent , des milliers de motards, qui n’hésitent pas pour certains à parcourir des milliers de kms pour voir leurs idoles. Ces voyages sont aussi prétexte à découvrir une région et pour une bonne partie des circuits du Continental Circus, nous avons la chance qu’ils soient dans des régions riches en paysage et patrimoine.

Je vous propose ici de vous faire partager un GP qui se trouve être aujourd’hui une annexe du Gp de France et dont la région est l’une des plus typiques d’Espagne : la Catalogne et son Grand Prix de Catalunya. En selle !!

Si les itinéraires pour se rendre à Barcelone sont nombreux, ils ont le point commun de tous passer par les Pyrénnes. Ma préférence va à celui qui emprunte le Col de Puymorens par Andorre. Cela permet un arrêt au Paz de la Case pour tous ceux qui ont des emplètes à faire ; attention tout de même à la douane...La route emprunte ensuite le col de Toses : 40 kms de tourniquet et peu de trafic, ai-je besoin d'en rajouter ?

 

133-barcelone

108-barcelone 109-barcelone

113-barcelone

134-barcelone


Une fois à Barcelone, il ny a que l’embarras du choix pour occuper le week end. Le circuit est situé à une vingtaine de kms du centre et facilement accessible par l'autoroute.
A moins d’être un aficionado des courses et de vouloir passer trois jours complets sur le circuit de Montmelo pour ne manquer aucune séance d’essais, les alentours n’offrent que très peu de distractions (à part bien sur les runs dans le centre de Montmelo), car il est situé en pleine zone industrielle.
A la fin des essais, la température qui frise les 30° peut pousser à piquer une tête dans la méditerrannée en se rendant à El Masnou à une quinzaine de kms (dont une portion de tourniquet pour gros cœur).
Pour ceux qui aurait décidé de consacer un peu de temps à la visite de Barcelone, se posera le dilemme de savoir par ou commencer tant la ville est riche de monuments, et de quartiers ou le charme antique cotoie la démesure contemporaine. Ces 5 dernières années nous avons conjugué, visites culturelles, flaneries, et passion de la course, voici quelques unes de nos découvertes.

Il faut savoir que Barcelone est aujourd’hui une des villes les plus festives d’Europe, voyant ainsi débarquer de toute l’europe des hordes de fêtards (enterrement de vie de garcon, fin d’étude, sortie en célibataire, etc) non sans débordements, ce qui depuis quelques temps à fini par exaspérer les habitants du centre historique de Barcelone, lassés par ces nuisances sonores et le reste… C’est dire à quoi ressemble les Ramblas quand on rajoute à cette faune, quelques milliers de motards venus chercher un coin pour la fiesta. Du coup il rêgne en permanence une ambiance, cosmopolite, bouillonnante, qui se prête à de longues soirées "éthylodébridées".

82-barcelone 83-barcelone 86-barcelone

110-barcelone

114-barcelone 127-barcelone


Juste après les essais du samedi,vers 16H, le premier arrêt incontournable, sera le quartier de l’Eixample, célèbre pour les facades de Gaudi, cet archictecte du 19ème qui marquera Barcelone de son empreinte. Ne manquer sous aucun prétexte son œuvre inachevée : La Sagrada Familia. Cette cathédrale dont il fut l’architecte et qui, suite à un accident de tramway en 1926, ne put mener à bien l'oeuvre de sa vie.
Toujours en travaux celle-ci ne sera terminée qu’en 2020.

90-barcelone 92-barcelone

95-barcelone 94-barcelone

97-barcelone

121-barcelone 122-barcelone 123-barcelone

120-barcelone

124-barcelone 125-barcelone

132-barcelone 131-barcelone


Du quartier de l’Eixample, prendre plein sud pour se rendre sur les incontournables Ramblas. Ils sont le cœur et le poumon de Barcelone, la vie ne s’y arrête jamais. On peut juste regretter une affluence parfois suffocante et tous les attrapes touristes inévitables .
En descendant les Ramblas, un arrêt au marché de la Boqueria est indispensable pour le plaisir des sens. Les étals colorés et parfumés rivalisent d’originalité. L'astuce, est de s'y rendre en fin de journée où l’on peut profiter des soldes des jus de fruits glacés (50 centimes les 2 verres).


Si l’on veut bien laisser sa monture quelques temps et profiter de la ville à pied, les Ramblas sont le point de départ idéal pour le Barrio Gothico et la vieille ville. On se perd ainsi dans les dédales de rues piétonnes, en passant par la cathédrale, la Plaza Real. Bon nombre de restaurants sont situés dans ce quartier commerçant très animé. Pour terminer, une promenade digestive vers le port et ses quais modernes, vous rappellera que Barcelone est aussi un port actif tant pour les croisières que pour le frêt.

87-barcelone

89-barcelone

116-barcelone 88-barcelone

104-barcelone

103-barcelone 85-barcelone

105-barcelone


Pour ceux que la fatigue n’a pas encore rattrapé ,il faut absolument monter au parc du Tibidabo (600M d'altitude), parc d'attractions avec des manèges d'un autre temps, situé au nord de Barcelone. 6 kilomètres d'enfilades en épingle à cheveux, dignes de la montée au Castellet...tout, pour se prendre pour Rossi!!! En récompense, un panorama qui embrasse tout la ville et ses lumières.

80-barcelone

77-barcelone 78-barcelone

74-barcelone

79-barcelone 76-barcelone

75-barcelone


Cette courte mise en bouche vous a peut être donné envie de découvrir plus en profondeur cette ville en prolongant quelques temps sur place. Une autre partie de Barcelone vous appelle, il s’agit de la colline de Montjuich (ou ce trouvait autrefois le circuit de vitesse de Barcelone). Celle-ci domine la ville et possède de nombreux espaces verts propices à la promenade. On peut y monter par le téléphérique qui part du port. Le plus plaisant consiste quand même à s’y rendre en moto car on jouit ainsi du paysage ; les monuments défilent et la circulation relativement réduite sur la colline permet des arrêts fréquents pour capturer tout ça.

72-barcelone

On peut citer entre autre : La Fundacio Joan Miro, le monumental museum d’art de Catalunya, le stade olympique et la tour Telefonica, et surtout le Poble Espanol, construit à l’occasion de l’exposition universelle de 1929.

65-barcelone

66-barcelone

67-barcelone
Une balade a pied autour du MNAC (Palau Nacional Museu Nacional d'art de Catalunya) vous permettra d’avoir une très belle vue d’ensemble jusqu' à la plaça d'Espanya.

71-barcelone

Et pour finir avec les collines, il reste celle du parc Güell : réalisation emblématique des 2 hommes symbole du modernisme catalan : Güell et Gaudi. On peut y voir le fameux banc ondoyant incrusté de mosaiques, des magnifiques colonnes doriques, et la mascotte photographique de Barcelone : la salamandre.

50-barcelone

55-barcelone 54-barcelone

57-barcelone

58-barcelone 56-barcelone

51-barcelone 52-barcelone


Concernant le circuit lui-même, rassurez vous les infrastructures mises à disposition sont largement à la hauteur et comparées à ce que le circuit du Mans peut offrir il n’y a pas photo. Les ¾ des places sont en tribunes numérotées donc inutile d’être à 6h du matin à votre place, vous pouvez arriver 5 minutes avant le début des courses. L’inconvenient du succés grandissant du Gp de Catalunyta c’est que les tarifs augmentent d’année en année pour atteindre des prix légèrement exorbitants (100 € pour une tribune correcte). L’ambiance est un autre trait de caractère des grands prix ibériques, Catalunya ne déroge pas à la règle : holas, chants, broncas, banderoles, drapeaux et pétards feront que vous ne verrez pas passer la journée.

136-barcelone

129-barcelone

81-barcelone

135-barcelone

118-barcelone

117-barcelone

Ah j’avais oublié ! tout ça c’est bien sur sous le soleil….Viva Espana